La JPA : soutenir le départ de tous les enfants

La JPA développe de nombreux dispositifs afin de favoriser le départ de tous les enfants en colonies de vacances, centres de loisirs et classes de découvertes.

Chaque année, 4 millions d’enfants ne partent pas en vacances et 2 millions d’entre eux ne quittent pas leur domicile, même une nuit.

L’école est un droit, les vacances aussi

L’engagement de la JPA repose sur des valeurs de laïcité, de solidarité et de citoyenneté. Une même conviction réunit ses membres : l’école, la famille et les loisirs sont trois acteurs complémentaires de l’éducation de l’enfant.

Les loisirs et les vacances constituent ainsi des temps essentiels dans le développement éducatif des enfants. Ils sont sources de plaisir, de mixités sociales, de rencontres et permettent de mieux vivre ensemble. Ils favorisent les découvertes et l’enrichissement mutuel.

4M

Millions d’enfants
ne partent pas en vacances

2M

Millions d’entre eux
ne quittent pas leur domicile,
même une nuit

Soutien aux familles

La JPA soutient financièrement le départ des enfants en colonies de vacances, centres de loisirs et classes de découvertes.

Ces aides sont possibles grâce :

  • aux partenariats nationaux noués avec différents organismes (par exemple, l’Agence nationale pour les Chèques-Vacances) et aux partenariats locaux (CAF, conseils départementaux, conseils régionaux, les municipalités…) ;
  • à l’appel à la générosité et au mécénat.

En partenariat avec l’ANCV (l’Agence nationale pour les chèques-vacances), La JPA développe une importante politique d’aides pour le départ des enfants en situation de handicap, sous forme de chèques vacances. Elle concerne aussi bien les séjours individuels de vacances collectives (« colos ») que les classes de découvertes ou les séjours scolaires.

Soutien aux enfants en situation de handicap

Pour la Jeunesse au Plein Air lutter contre les inégalités est un enjeu majeur. Il passe par un meilleur accueil des jeunes en situation de handicap au sein des accueils collectifs de mineurs. Pour la JPA, tous les enfants en colonies de vacances et centres de loisirs doivent bénéficier de lieux d’accueil engagés dans des démarches de vacances et de loisirs « inclusifs ». Cet accueil inclusif est inscrit dans les projets éducatifs et pédagogiques et permet les échanges, les interactions entre enfants et équipe d’encadrement. Il devient ainsi un atout pour tous.

La Jeunesse au Plein Air favorise ainsi l’accueil des enfants en situation de handicap en colos ou centre de loisirs « ordinaires ».

Elle contribue au respect du droit à l’éducation et aux loisirs des mineurs et des adultes handicapés ou en difficultés sociales.

La JPA est signataire de la Charte handicap vacances et loisirs non spécialisés.

La Charte handicap vacances et loisirs non spécialisés permet d’affirmer :

  • le rôle de membre à part entière dans la société de la personne handicapée ainsi que son statut de citoyen ;
  • que la diversité des personnes, acceptée et prise en compte, est un facteur d’enrichissement et d’évolution positive de la société ;
  • que la société doit créer les conditions pour favoriser la participation et l’épanouissement de chacun.

Elle permet de définir les conditions à créer pour que l’accueil en vacances ou de loisirs soit favorable à la participation des enfants en situation de handicap. L’enfant est ainsi au centre du projet et acteur de celui-ci.

L’équipe qui l’accueille est également partie prenante du projet (temps de formation/sensibilisation, renforcement de l’équipe par un animateur supplémentaire non spécialisé si nécessaire, coopération avec les équipes qui suivent la personne handicapée dans son quotidien).

Les signataires de la Charte permettent aux personnes en situation de handicap de choisir, préparer et vivre leurs vacances et leurs loisirs avec et parmi les autres.

Lutte contre les inégalités

La lutte contre les inégalités passe également par l’accueil de tous les enfants quelle que soit leur situation administrative.

La JPA souhaite inclure tous les enfants en colonies et centres de loisirs, y compris en situation administrative précaire.

Les délégués des 35 organisations éducatives, syndicales, familiales et parents d’élèves, issus de tous les départements souhaitent accueillir dans les colonies de vacances et les centres de loisirs tous les enfants et les jeunes, indépendamment de leur situation administrative.

Dans un contexte où:

  • les inégalités sociales, économiques et les disparités éducatives et culturelles s’accroissent ;
  • les velléités communautaristes, les replis identitaires, les amalgames et les indifférences s’accentuent ;
  • les situations de précarité (alimentaire, sanitaire, administrative) de populations, de familles et d’enfants sont de plus en plus nombreuses ;
  • l’accès aux droits les plus élémentaires (habitat, soin, éducation, loisirs, etc.), pour les familles et les enfants « sans-papiers », est de plus en plus difficile à obtenir.

Aux côtés de l’école et des familles, les accueils collectifs de mineurs sont des lieux qui favorisent un travail pédagogique en profondeur, dans la durée. Fabrique de la laïcité, du vivre ensemble, lieux d’éducation populaire, les associations permettent à tous les enfants et les jeunes d’en bénéficier.

Afin de rendre réel ce droit pour tous, La JPA, en référence à la Convention Internationale des Droits de l’Enfant et à l’ensemble des textes du droit français qui protègent les mineurs, met en œuvre un accompagnement juridique des organisateurs des vacances et de loisirs, des enfants et des jeunes, membres de la JPA.

35

Organisations éducatives, syndicales,
familiales et parents d’élèves

Je fais un don

Parce que les vacances sont un droit pour tous.